Rechercher

Interview de Magali Klepper, designer olfactive

Aimer, c'est partager ! Et en ce mois de novembre, je vous propose de découvrir mon coup de coeur pour Magali Klepper, créatrice olfactive et fondatrice de "Tous nez quelque part".


Crédit photo Virginie Willemet

J'ai rencontré Magali lors d'une conférence organisée par le Réseau Diane, le réseau d'affaires féminin de l'UCM. Je me souviens avoir été très attentive lorsqu'elle s'est présentée, j'ai tout de suite été intéressée par son univers, celui des parfums, des senteurs et odeurs que nous offrent la nature. Cela fait quelques années que nos chemins se sont croisés et c'est toujours avec beaucoup de sensibilité que nous aimons partager nos nouvelles aventures, nos succès, nos doutes de femmes entrepreneures.

Découvrez l'univers de Magali...


Peux-tu te décrire en quelques lignes ?


Je m’appelle Magali, j’ai 46 ans et je suis designer olfactive, basée dans la commune de Wavre. Passionnée depuis toute petite par tout ce qui touche aux odeurs et au Parfum, gourmette et amatrice de vins, j’évolue aujourd’hui dans cet univers et j’en ai fait mon métier il y a 3 ans. Je suis fascinée au quotidien par le pouvoir qu’ont les senteurs d’influencer, parfois de façon subtile, nos comportements et nos humeurs.

Quel est ton parcours ?


Petite, j’appréhende le monde au travers de mon nez, mais sans vraiment m’en rendre compte. Je collectionne les échantillons et les miniatures de parfums. Ce n’est que bien plus tard, à l’âge adulte lorsque que je participe à une formation en œnologie, que les autres me font prendre conscience de mes « prédispositions » olfactives. Je me contente à ce moment-là d’en profiter pour la dégustation :).

Jeune adulte, j’entame des études de langues, et me spécialise dans la traduction et la rédaction scientifiques et médicales. Puis j’occupe des postes en assurance qualité dans la recherche clinique. Je poursuis un parcours « classique » dans l’académique puis en multinationale jusqu’en 2016, où, suite à une perte d’audition partielle, je décide de quitter une « belle carrière » pour me reconnecter à moi-même et réfléchir à ce que j’ai vraiment envie de faire professionnellement.


C’est naturellement le parfum qui refait surface à ce moment-là. Je décide d’aller suivre une formation de parfumerie en France. C’est la révélation… ! Je me sens en phase avec mes aspirations ! En 2017, diplôme de designer olfactive en poche, je monte un petit labo de parfumerie à la maison et crée Magali K, Tous Nez Quelque Part. Inspiré de la chanson de Maxime Le Forestier, ce nom évoque les racines que nous avons tous et auxquelles notre odorat peut nous reconnecter, mais aussi le potentiel de tout en chacun de développer davantage ce sens à n’importe quel moment de la vie.



Parle-nous de tes activités ?


C’est avant tout une passion pour le cinquième sens et les belles senteurs que je partage avec les particuliers (adultes et enfants) et les entreprises, au travers d’ateliers d’éducation olfactive (on n’apprend pas vraiment à sentir à l’école…), de culture Parfum (la parfumerie est un art à part entière), de création de senteurs personnalisées. J’anime ainsi des fêtes d’anniversaire, des enterrements de vie de jeune fille, des soirées entre ami.e.s, des ateliers créatifs ouverts à tous ou plus privatifs, où tout un chacun peut se (re)connecter à ce sens méconnu, à soi-même et s’évader pour quelques heures dans le monde fascinant des senteurs.

Ayant évolué en grande entreprise pendant 10 ans, j’ai eu envie de faire le lien entre ces deux mondes et proposer des activités originales de team buildings et de mise au vert autours de l’odorat et des senteurs en entreprises ; sens qui est rarement exploité au quotidien au bureau mais qui a la particularité de ramener tout le monde sur un pied d’égalité et d’amener de l’authenticité dans les rapports professionnels, tout cela sur un mode convivial et interactif.

J’accompagne également des professionnels des secteurs du vin et du thé à perfectionner leurs aptitudes olfactives.

Je collabore aussi avec des artistes qui souhaitent ajouter une dimension olfactive à leurs créations.

Quelle que soit le public en face de moi, je constate toujours avec plaisir que les senteurs libèrent la parole et crée du lien. C’est très gratifiant.


Quels sont tes projets futurs ?


Outre l’expansion de mon activité parfum et olfaction, je souhaiterais approfondir mon métier dans les neurosciences, notamment dans ses applications médicales et mettre mes compétences olfactives au service de ma communauté.


Les odeurs ont le potentiel d’emmener instantanément ailleurs et dans le passé celui ou celle qui les respire et de provoquer des réminiscences, utiles notamment pour débloquer la parole ou favoriser la sociabilisation.


Cette approche a fait ses preuves par exemple dans la prise en charge intégrative de patients cancéreux (les traitements malmènent l’odorat et le goût), dans la rééducation de certains patients ayant subi un accident vasculaire cérébral, mais aussi dans la stimulation des patients Alzheimer au début de la maladie.


Application de peinture maison à base d’argile liégeoise, de lait et de chaux