Rechercher

Interview d’Alyssia Belloso, céramiste, passionnée touche-à-tout

Aimer, c'est partager ! Et en ce mois de mai, je vous propose de découvrir mon coup de coeur pour Alyssia Belloso, céramiste et co-fondatrice de Nectar, temple de création et de partage au coeur des Marolles à Bruxelles.


En mars 2019, à l'occasion d'une balade dans un secteur que j'affectionne tout particulièrement, je découvrais la vitrine de Nectar, un espace de création et de partage au coeur des Marolles à Bruxelles. Mon attention fut attirée par une affiche annonçant l'organisation d'un Marché de Passionnés. Que se cache-t-il derrière le terme "passionnés" et Nectar ? Il fallait que j'en sache plus. Et c'est ainsi que j'ai rencontré Alyssia et Margot, deux petites fées pleine de rêves, de projets, d'idées créatives et de partages. Très vite, j'ai eu envie de faire des choses avec elles et, sans hésiter, je me suis inscrite aux éditions du Marché des Passionnés. C'est là que la magie a opéré : l'alliance parfaite entre la céramique et le lin. 

Découvrez l'univers d'Alyssia...


Peux-tu te décrire en quelques lignes ?


Je m’appelle Alyssia, j’ai 26 ans et suis céramiste/touche-à-tout passionnée.

Un brin hyperactive et curieuse insatiable, j’aime découvrir de nouvelles choses sans cesse, m’impliquer dans 1001 projets qui me tiennent à coeur, voyager (et encore plus intérieurement), développer des connaissances en tout genre. Mais ce qui me passionne le plus et me permet de retrouver inévitablement mon équilibre dans l’effervescence de mes journées : c’est le travail de la terre. Créer à partir de cette matière vivante qu’est l’argile, c’est ma source vitale, mon bonheur au quotidien.





Quel est ton parcours ?


À 18 ans, je commence plus « traditionnellement » par des études de droit, dans l’optique de devenir journaliste. En manque de stimulation créative, et parce que changer d’avis c’est possible, je rectifie le tir et me lance dans des études d’architecture d’intérieur. En bonne polyvalente que je suis, je m’inscris parallèlement en cours du soir dans plusieurs ateliers de céramique à Bruxelles. J’ai adoré mes études, mais manque de pots (!), ma passion pour la céramique commence à me titiller bien trop fort pour pouvoir la nier. Diplôme en poche, je décide alors de partir voyager 15 mois. Le fil conducteur du voyage : l’argile. Approfondir mes connaissances, apprendre de nouvelles techniques, rencontrer des êtres humains incroyables autour d’une passion commune, faire un énorme développement personnel et puis surtout se dessine plus clairement la vision de mon idéal de vie. Dans la foulée, je passe une formation en Naturopathie, car j’espère un jour pouvoir développer le travail de la terre comme une thérapie, une médecine douce et naturelle pour le corps et l’esprit. De retour en Belgique, je n’ai qu’une idée en tête, vivre de ma passion. Fin 2018, on imagine alors avec mon amie Margot, l’asbl Nectar, temple de création et de partage au coeur des Marolles à Bruxelles. J’y ai mon atelier et y donne des cours de céramique. Côté boutique, on y accueille d’autres artistes, artisans et créateurs pour promouvoir leur travail à travers des expos, pop up et événements en tout genre.

Parle-nous de tes activités ?


Au quotidien, je suis partagée principalement entre l'ASBL Nectar et l’atelier de céramique. Coté ASBL, c’est focus sur le développement de notre projet, organisation, gestion, rencontre et promotion d’autres artistes. Coté atelier : je partage chaque semaine ma passion à travers des initiations au travail de la terre; j’imagine des projets sur mesure avec mes clients et réalise leur commande de vaisselle et décoration, et puis bien sûr je m’octroie des temps de création en tête à tête avec ma belle argile. Sculpture et expérimentation sont de rigueur et quel bonheur !

Et puis souvent j’aime faire des collaborations avec des artistes plasticiens/peintres, des artistes floral ou des créatrices de bougies par exemple. 



Quels sont tes projets futurs ?


A l’avenir j’espère avoir plus de temps pour développer le coté « thérapeutique » du travail de l’argile. Organiser des retraites, stages autour de la terre, ou simplement en aborder ses vertus pendant les cours que je propose.

L’équipe de Nectar s’agrandit, on a donc plus d’énergie pour donner des ailes au projet. J’espère voir la communauté de Nectar se développer encore et permettre à l’artisanat de regagner ses lettres de noblesse. Dans cette société en plein mutation, il me tient à coeur d’être un des acteurs du développement durable et de la consommation éthique. On est nombreux à ressentir l’envie de tisser des liens entre nous, comprendre comment et ou ce qu’on consomme a été crée… On sait ô combien s’entourer de choses/projets/être humains qui ont du sens et une âme est porteur et nourrissant. Plus que d’être témoin de ce changement, j’ai envie d’en être actrice et créatrice.